mercredi, 5 octobre 2011

Fakarava

Pourquoi faut-il que, chaque fois que je rejoins Sakatia, il m'arrive des aventures?

Cette fois, je voyageais avec Susy, la maman de Christian de « Blue Peter » un navigateur suisse qui fait un bout de chemin avec Sakatia. Le voyage Genève-Paris, Paris-Los Angeles s'est déroulé sans problème bien que long.... Notre escale à LA devait durer 9 heures mais un ennui technique
nous a fait patienter 4 heures de plus et c'est donc à 2h30 que nous avons enfin pu nous envoler pour Papeete. Nous avons atterri à 7h45 et notre dernier vol était prévu pour 8h10. Le point positif est que, vu le peu de temps que nous avions, je n'ai rien eu à payer pour mes 18 kg de bagages excédentaires car l'hôtesse n'avait pas le temps d'encaisser les frais supplémentaires... car l'avion nous a attendu et nous avons décollé à peine assises à nos places. Blue Peter nous attendait amarré juste en face de la piste d'atterrissage de Fakarava avec à son bord les équipages des 2 voiliers.

Inutile de dire que, après 43 heures de voyage et plusieurs mois de séparation, les retrouvailles furent très chaleureuses. Un petit plongeon dans l'eau turquoise du lagon polynésien m'a aidée à
récupérer du jet lag (12 heures de moins que la Suisse) et le soir, nous avons participé à un repas polynésien avec danses de vahinées très jeunes et se déhanchant avec virtuosité!

Le paysage est pareil à celui des prospectus. Il y a peu d'hôtels et donc peu de touristes sur Fakarava, petit village avec une poste, une boulangerie, une épicerie et un magasin d'artisanat.
Ce matin, nous avons quitté le village pour descendre au sud et nous sommes à l'ancre devant une plage de sable blanc plantée de cocotiers. Il n'y a pas d'habitations ni d'autres bateaux. Nous sommes seuls...

Grand-maman Michèle

1 commentaire:

Simone Maye a dit…

hola l'équipage + 1 !
à Belmont, on se fait un petit film des retrouvailles à bord et je peux vous dire que les images sont nettes... en plus, même si ce n'est pas le même on a presque l'impression de respirer l'air de l'océan !
c'est bon de rêver de voyage parce qu'on vit pour le moment confiné à la maison. Avec un peu de temps la récupération viendra et avec elle la "pêche". A vous tous nos messages, notre amitié et de grosses, grosses bises aux filles. les Maye